Les bassistes ont décidément la vie dure ! Alors qu’Inspector Cluzo claironne « Fuck bass player » sur les scènes du globe, nombreux sont les duos français à couper les fréquences graves à quatre cordes. A Marseille, Lady Flint triomphe de ce silence pour son premier EP éponyme. Dur comme la roche, pur comme un diamant, le rock du guitariste Tony More et du batteur Gran Dav est comparable à deux silex taillés prêt à allumer le moindre brasier. Dans la lignée des White Stripes, le groupe se pare de sonorités garage et grunge enrobées d’influences rock et pop britanniques des sixties. Le registre du duo s’avère ainsi puissant et mélodique porté par une batterie prenante et une guitare épaisse. Ces multiples influences sont également retranscrites par un mixage de prime abord cheap mais traduisant avec brio l’énergie de ces phocéens en rien gâchée par l’absence de basse. A deux mais avec les motivations de quatre, Lady Flint n’a pas les charmes d’une dame bien élevée mais possède une singularité apte à séduire les amateurs comme les puristes.     

Al.

Lady FlintLady Flint
Tag(s) : #Kroniques Musik