Depuis 2011 et son album-concept The Whites Stripes, DeStijl n’a eu de cesse de peaufiner son registre new wave. Cette inspiration glaciale trouve cette année de nouveaux fondements dans l’EP trois titres Midnight Freaks. Qu’elle soit hypnotique ou enivrante, captivante ou pénétrante, la formation montpelliéraine joue clairement dans la cour des grands, partageant ses plus belles billes avec les illustres Depeche Mode et New Order. Pas étonnant d’ailleurs que Peter Hook, leader de ce dernier, se soit invité aux côtés du groupe pour son prochain album. Sans doute a-t’il été séduit par l’intelligence du groupe à créer, interpréter et arranger des compositions de qualité et novatrice. Car loin de se cantonner à des influences « eighties », DeStijl renouvelle le genre qu’il représente avec tact. Alors que la synthpop trouve un nouveau souffle par quelques synthétiseurs actuels, l’ensemble de l’EP s’appuie sur des bases rock solides à travers des guitares affirmées et une combinaison basse/batterie impeccable. Midnight Freaks ne souffre donc d’aucune faiblesse et constitue un atout majeur pour DeStijl qui ne cesse d’obtenir des galons à l’heure de la préparation de son nouvel LP.

Al.

Destijl - Midnight FreaksDestijl - Midnight Freaks
Tag(s) : #Kroniques Musik