Par sa carrière jalonnée de six albums et d’autant de succès, Gaz Coombes aurait pu être un artiste confiant dans son talent. C’est pourtant avec un deuxième LP solo intitulé Matador que l’ancien membre de Supergrass revient sur un parcours semé de doutes. Si il reste inspiré du rock britannique, Gaz Coombes exploite ici tout son potentiel créatif comme jamais auparavant. Energique, symphonique, atmosphérique et psychédélique, ce nouvel album brouille nos sens pour mieux relever les nombreuses facettes de son créateur. Alors que certaines de ses compositions se rapprochent de la pop actuelle par ses rythmes et sonorités électro, Gaz Coombes exploite à bon escient des lignes de synthétiseurs hypnotiques et glaciales nourries d’autant expérimentations sonores à l’instar de la discographie de Brian Eno. Cette grandiloquence légitime ne gâche en rien l’intimité dégagée par la guitare folk présente sur l’ensemble de l’album. Car avant d’être un album solo, Matador est bel et bien un recueil d’une incroyable sincérité. A l’image de Neil Young, l’artiste se met à nu à travers ses souvenirs et ses expériences de vie. Joie, tristesse et nostalgie constituent autant de sentiments traduits en musique avec un incroyable doigté. Ces témoignages aussi poétiques que musicaux apportent à Matador une singularité apte à la postérité. Reste à voir si le temps fera de l’œuvre de Gaz Coombes une pierre indispensable à son impressionnant édifice.

Al.

Gaz Coombes - MatadorGaz Coombes - Matador
Tag(s) : #Kroniques Musik