C’est dans une ambiance glaciale et atmosphérique exacerbée que Logicial Tears, groupe coldwave de la région messine et nancéienne, a vu le jour il y a trois ans. De sa création à aujourd'hui, ces cinq musiciens ont pris le temps de peaufiner leur premier EP Japanese Lovers, recueil de huit compositions inspiré des mouvances électroniques et post-punk des années 70 et 80. Synthèse de la newwave et des sonorités de la musique industrielle, la bande réussit une subtile symbiose de mélodies froides et d’énergies synthétiques. Porté par un duo de voix harmonique, combinant la finesse de nappes de synthétiseurs et la rage de guitares distordues, Logicial Tears allie avec dépouillement l’allégresse de Depeche Mode et l’agitation de Joy Division. Loin de porter son attention uniquement sur des influences éprouvées, la troupe cultive également une sensibilité pop marquée par ses rythmiques électro modernes et le timbre de sa chanteuse. Dommage seulement que les sonorités asiatiques évoquées dans le titre de l’EP ne soient pas davantage exploitées à l’image d’un travail de production de Fabien Pilard, membre de Venus in the Dust, plus que correct mais manquant par moments d’ampleur et de puissance. Ces quelques regrets n’empêchent pourtant pas Logicial Tears de s’imposer dans le registre qu’il affectionne.

Al.

Logical Tears - Japanese LoversLogical Tears - Japanese Lovers
Tag(s) : #Kroniques Musik