Tombé du nid en 2012, Man is not a bird a rapidement pris son envol. Après trois EP enregistrés, le groupe signe cette année sur Splendid Records son premier album Survived the great flood. Perdu dans le brouhaha de la capitale, les cris d’oiseaux de la formation résonnent comme un havre de paix. Guidées par de rythmiques syncopées, les guitares et basses de son premier LP se mêlent en riffs pêchus et gimmicks sagement dilués. Alors que So I Watch You From Afar constitue la référence de Man is not a bird, Survived the great flood exulte un math-rock coloré proche de Battles. La bande exulte alors une tension sonique suspendue ici et là par quelques moments de grâce mélodiques, trouvant chacun leur place dans un équilibre parfait. Le post-rock niche également dans ce premier long essai à travers notamment les sonorités glacées et réverbérées de God is an astronaut. Les onze compositions gagnent ainsi en spatialité pour mieux s’imprégner d’un onirisme émouvant. C’est à croire que Man is not a bird s’approche du soleil pour mieux admirer sa reconnaissance annoncée. Contrairement à Icare, il ne risque pas d’y bruler ses ailes.

Al.

 

Man is not a bird - Survived the great floodMan is not a bird - Survived the great flood
Tag(s) : #Kroniques Musik