Oyé, oyé braves gens, le King Automatic est de retour ! Six ans après son dernier LP, l’homme-orchestre unique en son genre remonte sur son trône pour un nouvel opus Lorraine Exotica. Si la région en question n’est pas terre fertile des palmiers, elle ne cesse d’inspirer le one-man band composant un rock’n’roll aussi originel qu’original. Le sens du rythme aux pieds, les doigts naviguant agilement entre guitare, synthé et harmonica, notre bon roi décrasse les tympans mieux que n’importe quel groupe garage. Sur fond de rhythm‘n’blues et de rocksteady jamaïcain, ses ordonnances déconcertent par leur intensité et leur maitrise technique. Le rock des Kinks ou encore Jerry Lee Lewis retrouve bien ici une seconde jeunesse. Mais le King étant un éternel curieux, il ne manque pas d’abuser de l’exotisme trivial africain et de sonorités western pour mieux signifier son règne. Quand à marquer son régionalisme, le suzerain abuse d’un humour sans tabou retranscrit dans ses textes et dans les reprises des Dalton et d’En passant par la Lorraine concluant Lorraine Exotica. Pas de quoi cependant évaporer toute la crasse et sueur dégoulinant de ce nouvel album frôlant décidément l’excellence. Vive le roi. Vive le King Automatic !

Al.

King Automatic - Lorraine ExoticaKing Automatic - Lorraine Exotica
Tag(s) : #Kroniques Musik