Artiste autoproduit et indépendant de la scène trip-hop, Kognitif creuse depuis 2012 son sillon gravé  par deux albums remarqués. Ne souhaitant pas s’arrêter en plein sillage, le DJ tente cette année un retour aux sources du hip-hop avec son troisième LP Soul food. Dans un élan faussement nostalgique, l’artiste réussit l’exploit de produire un album hétéroclite aux ambiances singulières. Venues tout droit des ghettos new-yorkais, les rythmiques de Kognitif tendent à une modernisation électrisante guidée par des techniques de MAO maitrisées. Cette vitalité est d’autant plus efficace qu’elle se trouve confirmée par une superposition de samples instrumentaux et voix assemblés avec générosité mais justesse. Malgré leurs horizons divers, ces derniers participent à l’homogénéité de Soul food finalement nourrie de nombreuses influences. Si la soul est bien sûr présente à ce nouveau repas (Letter to my last love), l’electroswing s’invite également de la table (Twenty past four) avec pour voisin le dubstep. C’est à croire que Kognitif s’est perdu en chemin abusant de nourritures sonores comme autant de galettes non-comestibles. Mais c’est là toute la force de Soul food, dont le charme rétro s’avère aussi contemporain que revigorant.

Al.

Tag(s) : #Kroniques Musik