Acclamé par la presse et ses fans en 2014 pour son album Deep Fantasy, White Lung se devait de confirmer son tour de force pour son quatrième LP Paradise. Entre terre canadienne et angeline, le trio s’impose une fois encore comme une machine à riffs infaillible. Survolant les cieux agités du punk, du heavy metal et du rock’n’roll, White Lung confirme avec Paradise l’étendue de son savoir-faire. En à peine trente minutes, le trio bâtit un bloc guitare/basse monolithique appuyé par une batterie frénétique ne souffrant d’aucune indigence. Véritable mur du son, la signature White Lung s’inscrit davantage dans la rage. Malgré son format court, ses riffs incisifs et ses tempos survoltés, Paradise dégage une sensibilité pop portée par la voix charmeuse de Mish Barber-Way. Par son timbre limpide et ses tentatives de songwriting, la chanteuse offre un nouveau souffle à White Lung. Posant davantage sa voix au détriment d’un chant haut-perché, Mish peaufine ses textes jusqu’au boutisme renforçant les qualités de Paradise. L’album s’avère en dernier lieu valorisé par une production plus léchée que pour Deep Fantasy n’effaçant en rien sa frénésie. A défaut de nous ouvrir les portes du paradis, White Lung façonne avec Paradise les clés d’une désinvolture efficiente et élégante.

Baron Nichts

Label France : Domino

White Lung - ParadiseWhite Lung - Paradise
Tag(s) : #Kroniques Musik, #Punk, #Rock