Quatre ans après son premier album Motions, Lost in Kiev retrouve la perdition pour son second LP Nuit Noire. Bien que resté fidèle à un post-rock ténébreux et grandiose, le groupe parisien marque cette année l’étendue de ses progrès et de son évolution. Plus que jamais précis dans son interprétation, la formation exploite à bon escient les capacités de ses instruments défilant les paysages sonores avec aisance. Ces successions d’ambiances reposent une fois encore sur la complémentarité de guitares cristallines ou rugueuses, lointaines ou envahissantes, appuyées par une batterie davantage en place. Lost in Kiev gagne ainsi en clarté imposant sa signature à l’aide d’une production nette et appliquée. Une drôle d’ineptie alors que l’album concède à l’obscurité ! En complémentarité de sa maturation technique, la bande s’ouvre à juste titre à de nouveaux registres. L’électro fait ainsi son apparition par quelques rythmiques, synthétiseurs et résonances industriels tandis que certains passages rappellent l’atmosphère de films westerns (Resilience). Au sommet de son art, Lost in Kiev s’impose comme l’un des groupes post-rock français incontournables, nous éclairant tel un phare dans une nuit noire qui ne cesse pas de nous éblouir.

Baron Nichts

Lost in Kiev - Nuit NoireLost in Kiev - Nuit Noire
Tag(s) : #Kroniques Musik, #Post-rock