Le cœur de l’Essonne bat au rythme de La clé de sous-sol ! Auteur en 2016 de son second EP Je vais rester, le trio ou quatuor, selon les circonstances depuis six ans, s’inscrit dans la lignée de la chanson française. Une étiquette qui ne semble qu’apparence pour le groupe. Les textes appliqués et précis de la formation reflètent une mélancolie introspective. L’aigreur se teint cependant d’euphorie au gré de la guitare acoustique et du cajón composant l’ensemble de l’EP. Si la troupe parvint à convaincre par sa simplicité, elle gagne en profondeur par la variété de son registre. Débutant sur une note funk, Je vais rester dévie par la suite sur un jazz manouche de bonne facture. L’amertume de La clé de sous-sol gagne alors en gravité aux sonorités d’un piano éloquent (Il n’y a pas de règles). Ce dernier illustre par la suite les inspirations swing de la formation sur lesquelles il s’avère tout aussi à l’aise (Tu l’as). Ainsi, La clé de sous-sol maitrise autant l’écriture de textes que la création musicale. Rien d’étonnant à ce que le groupe soit soutenu depuis quelques mois par le Rezonne, réseau essonnien des acteurs des musiques actuelles.

Baron Nichts
 


 

Tag(s) : #Kroniques Musik, #Chanson française, #Swing, #Manouche, #Funk