De son vrai nom Victor Roux, Grimme débute cette année une aventure solo pour son premier album The world is all wrong but it's all right. C’est depuis sa chambre à Lyon que le musicien et chanteur élabore son univers dans une commémoration chatoyante. Sous un format pop conventionnel, Grimme transcende les grandes familles d’instruments pour les mêler dans une joyeuse fanfare. Cette fête haute en couleurs dégage une sérénité innocente (Lordship Lane) empreint d’un certain décalage stylistique. L’artiste remonte ainsi aux fondements de la musique classique romantique (London Trains) et s’entoure d’un orchestre essentiellement cuivré pour mieux explorer ses inspirations électroniques. Voilà un grand banquet dont la qualité des mets agrémente un menu consistant. Si cette grandiloquence n’a rien de prétentieuse, elle n'en cache pas moins une certaine fragilité. The world is all wrong but it's all right constitue à cet égard un véritable album folk. La balade de conclusion douce et chagrinée de l’album apporte ainsi une touche de mélancolie à cet ensemble bien coloré (From A King To A Jack). Le musicien s’avère également aussi touchant au clavier de son piano (Roses). Loin de gâcher la fête, ces songes tristes nourrissent habilement notre imaginaire pour une fête intemporelle où Grimme nous invite à bras ouvert.

Baron Nichts

Facebook : @GrimmeMusic
 

 
Tag(s) : #Kroniques Musik, #Folk, #Pop, #Musique classique