Formé en 2016 dans la ville des lumières, The Wow Signal éclaire notre redécouverte du rock psychédélique et progressif. Le trio à peine formé se fend déjà d’un premier EP cinq titres intitulé Morning Tanura. Dans la promesse d’un nouveau matin, le trio distille ses sonorités anthologiques. Ses distorsions et overdrives anciennes se noient judicieusement parmi des effets studios également des plus rétros. Le groupe rappelle à notre mémoire les murs du son des Who (Whores and Queens) ou les riffs délirants des Pink Floyd (Corporal Ascent) le tout avec une mélodicité notable. Ce même travail a été opéré pour les voix. Discrètes dans le mixage, ces dernières s’harmonisent à merveille par réverbération. Si il s’inspire allégrement des résonances des années soixante, The Wow Signal étonne par son efficacité dans sa formation réduite. Là où ses références constituent des quatuors, le trio préserve une puissance et une variété sonore de plus surprenantes. La bande n’hésite pas ainsi à se lancer dans de longues tirades instrumentales sans jamais s’essouffler (Open Air) tandis que ses compositions ne dépassent pas les six minutes. Cette simplicité ne retire en rien les qualités de The Wow Signal qui nous plongent dans un passé réactualisé.

Baron Nichts

 
Tag(s) : #Kroniques Musik, #Rock progressif, #Rock psychedelique