Plus d’un siècle après son naufrage, le Titanic continue de faire de nombreux émules à travers le monde. Céline Dion ne possède pas le monopole du cœur pour le célèbre paquebot aujourd’hui fleuron de la scène garage française immortalisée et de son nouvel EP Every Summer I Drift. Mieux que les ébats torrides de Rose et de Jack, Titanic regorge d’une vitalité poisseuse aux multiples voiles. C’est sur le sable chaud des plages californiennes que le groupe expérimente ses divagations punk et psychédéliques. Dans ce périple en mer agitée, la formation navigue entre sonorités naïves (Fuck the Shark) et bad trips nauséeux (Maria). Ces bonnes vibrations résonnent dans le sonar du grunge de Seattle (We take both) alerté par les distorsions fuzz et graves venues des plages d’Elliot Bay. Consonance punk oblige, Titanic contraste en dernier lieu les vents contraires d’Every Summer I Drift par quelques techniques vocales inspirées de DiCaprio immergé dans les eaux glacées de l’Atlantique. De quoi réchauffer l’énergie de la bande parfois policée par un mixage trop coquet bien que réussi. Avec cette parfaite bande sonore, Titanic clame légitimement sur toutes les proues de France qu’ils sont les maitres du monde. A la différence de notre transatlantique national disparu, nous ne les laisserons jamais tomber.

Baron Nichts


 
Tag(s) : #Kroniques Musik, #Garage, #Punk, #Rock psychedelique, #Surf Music