Interview de Nicolas, alias Miser, qui nous décrit son activité de graffiteur au sein du collectif la Meute.

Interview réalisée le 16/05/2010

 

Kaput Brain : Pour commencer, expliques-nous comment s'est crée le collectif La Meute ?

Miser : A la base, c'était le BHC, les Brebis Hyper Croustillante, avec Zemix 2, Soar, Jésus et moi. On était ensemble en cours au lycée Loritz à Nancy et on dessinait tous, souvent des BD mais aussi des moutons sur le table des classes. On a commencé à se faire connaître comme ça.
 

KB : Il a été en crée 2007, c'est bien ça ?

M : Ouais, on était en seconde. Ensuite, le collectif a pris de l'ampleur au delà du lycée. J'ai rencontré Zoeb qui tague dans les lieux désaffectés des spots plus ou moins légaux. Ça nous a ouvert sur d'autres espaces. C'est lui d'ailleurs qui a proposé le nom pour le collectif. Ensuite, c'est réellement parti. Zoeb a amené Rack dans le délire. Récement on est passé à onze, avec l'arrivée de Arke, Dikoy, Spang, Reksa et Bakus.

 

sticmaonermafratz

 

KB : Tous de la région lorraine ?

M : Non pas forcément. Des nouvelles entrées sont prévus : Serne, un mec de Toulouse, peut être de suisses, et d'autres gens encore !

 

KB : Comment as-tu rencontré les membres de La Meute ? Ce sont des amis d'enfance ou vous vous êtes connus autour d'une passion commune ?

M : Les deux. En général, les gens avec qui on partage des centres d'intérêts deviennent des potes. Par exemple, la pause clope lors de la réalisation d'un spot permet de discuter et de sympathiser.

 

KB : Qu'est qui vous a motivé à vous unir en collectif ?

M : Pour moi, c'est l'occasion de montrer qu'il existe une relève, une nouvelle manière de penser, une new school. Il faut savoir que les taggeurs old school ont maintenant la cinquantaine ou un peu moins et qu'ils ont commencé à Paris il y a 25 ans.

 

KB : Vos principales activités touchent essentiellement le dessin. Quels sont les plus grands projets que tu as concrétisé avec La Meute dans ce domaine ?

M : En faite, nos dessins ont réussi à trouver plusieurs supports. On en fait aussi bien dans des terrains vagues, sur le secteurs de Nancy, Bar-le-Duc, que sur des vêtements. Notre premier gros projet, ça été les t-shirts avec les moutons de BHC, imprimés à 80 exemplaires. C'était notre premier vrai engagement financier. Ensuite, il y a eu la peinture pour le lycée Loritz qui nous a pris 3/4 jours, réalisée par Jésus. Il nous a «tapé» nos gueules en mouton ! Ironie du sort quand on sait qu'on a dessiné partout sur leurs tables ! Ensuite, on s'est étendu avec l'exposition en coopération avec Bakus à Chaumont et la collaboration artistique avec Stratégie de Paix qui nous a pas mal occupé.

 

panorama loritz1bis

panorama loritz215

Spots de la Meute réalisées pour le lycée Loritz

 

KB : Justement, à propos de Stratégie de Paix, comment est née la collaboration avec le groupe ?

M : Par le feeling à vrai dire. Je connais personnellement Robin (Nolam, un des membres du groupe). On a discuté rapidement d'une collaboration lors d'une soirée après un concert à Metz chez Salomon (frère d'Isaac, les deux autres membres de Stratégie de paix). C'est parti de pas grand chose en faite. De manière plus générale, le lien entre la musique et le graffiti est plutôt logique. Il faut savoir qu'aujourd'hui le hip-hop est le seul mouvement à être encore sur plusieurs terrains.

 

http://www.fsl-nancy.fr/IMG/png/strategie_de_paix.png

 

KB : En quoi consiste t-elle ?

M : On s'occupe de plus en plus de l'aspect visuel du groupe, même si leur logo n'est pas une de nos créations. On les a par exemple soutenu pour la sortie de leur album Les fondations de notre édifice en début d'année en réalisant la pochette du CD et en organisant un vernissage. On a aussi crée il y a peu un spot pour leur clip L'instinct du chaman.

 

http://festivartcirkozik.free.fr/programmation/Strat%C3%A9giedepaix.jpg

Stratégie de paix

 

KB : La collaboration marche aussi dans le sens inverse ?

M : Oui. Il est prévu qu'il nous fasse des sons pour nos futures vidéos. Mais pour le moment, rien n'est encore fait.

 

KB : Cela a t-il aidé la notoriété du groupe ? Et réciproquement ?

M : Oui, en quelque sorte. On leur a fait de la pub et inversement. Mais c'est pas le plus important je pense dans ce travail collectif. Ça a surtout permis de faire connaître des gens et de créer des liens, artistiques ou non.

 

KB :Hormis cette collaboration, vous avez d'autres projets autour de la musique ?

M : On aimerait bien monter un festival hip-hop sur Nancy afin de faire connaître des jeunes artistes qui ont du talent. Il y en a déjà d'organisés mais ce sont souvent les artistes les plus connus qui s'y produisent. Je trouve ça dommage.

 

KB : Quels sont les projets à venir de la Meute ?

M : Le plus proche est celui de la grosse peinture qu'on va faire à Nancy le premier week-end de juillet. Entre 20 et 25 personnes de la région et de Paris sont invitées. Dans le long terme, il a le site internet qu'on va mettre en place. Il va servir à nous faire connaître, à se renseigner sur le collectif et pourquoi pas à vendre nos futurs t-shirts ou toile. Il sera en ligne l'année prochaine si tout se passe bien.

 

KB : Sinon, vous avez bons de retours de votre collectif ?

M : Quelques personnes s'y intéressent. Il y a pas longtemps, je prenais le train et un groupe de personnes âgées regardaient et discutaient des tags sur les murs. Les avis étaient plutôt partagés même si quelques-unes semblaient les apprécier ! C'est toujours intéressant dans une culture qui touche essentiellement les jeunes.

 

KB : Et dans le milieu hip-hop ?

M : Les avis sont plutôt positifs. Il m'est déjà arrivé de parler à des gens que je connaissais pas mais qui connaissaient la Meute. C'est plutôt sympa ! En général, ces personnes-là connaissent bien le milieu.

 

KB : Qu'est ce que t'a apporté personnellement la Meute ?

M : Beaucoup de rencontres et de discussions intéressantes. Car après tout, une conversation avec quelqu'un peut être plus positive qu'une rencontre visuelle sur internet. Perso, la rencontre avec Zoeb m'a beaucoup apporté. Il est super rapide, efficace et pointilleux. Il a une autre façon de voir le dessin, qui m'a pas mal inspiré !

 

KB : Ok, ok. Ça sera tout, je pense. Merci à toi ! Un petit mot pour conclure ?

M : Une dédicace plutôt : à BDG, TNK, LSK, Tu140 et les autres qui se reconnaitront ...

 

Page Facebook de la Meute ici

Myspace de Stratégie de Paix par

Tag(s) : #Kroniques Musik