Grande interview du créateur des projets Sarkofachocrs88, Morgane Desbeet et du label NHDIYST rec qui nous livre une définition fort complète de deux styles musicaux issus du noise.

Interview réalisée par Hicham en mai 2009. Publiée avec son aimable autorisation (article destiné à son fanzine mort brutalement...)

Hicham : Salut noizy ! Bon tout d’abord présente toi. Parle-nous de Sarkofachocrs88 et de Morgane Desbeet, tes deux projets solos

Christophe : Salut mec. Merci pour l'interview. Alors présentation de moi même : Christophe Bernard, 25 ans en juin de cette année 2009. Je suis né en 1984 à Lyon. En 1986, je suis parti vivre dans la campagne gueugnonaise en Saône et Loire une enfance sans rapport avec la scène. En 2003 je suis revenu sur Lyon pour des histoires d'orientation scolaire. Entre temps, j'ai découvert l'existence du métal / punk / death vers l'âge de 14 ans puis du crust vers mes 16 ans, puis enfin du noise et noise coré vers mes 17-18 ans. J'ai commencé à m'impliquer dans la scène en faisant des projets solos vers mes 19-20 ans, et par mon label vers 22 ans en gros.

Sarkofachocrss88 est mon projet solo de noise coré. Je l'ai crée en 2003 ou 2004 je ne sais plus. Au début, c’était pour faire une blague sur un forum de deathgrind qui n'existe plus. Puis après c'est vraiment devenu concret. J'ai sorti pas mal de split cassette, des lives et ça continue encore !

Morgane Desbeet, c'est beaucoup plus vieux. C'est un projet solo que j'ai crée y’a bien 8 ans environ. Pareil je ne m'en souviens plus trop. C'était un projet à l'époque pas mal secret. Je n'en parlais à personne. J’ai commencé avec des trucs expérimentaux plus techno que noise, puis après, ça a viré au harshnoise, et ça continue encore , comme Sarkofacho !

Morgane Besbeet

 

Sarkofachocrsss88

H : Quelles sont tes influences musical ? (groupes, genres…)

C : Mes influences musicales sont nombreuses. Ce n’est pas évident à dire. Ben déjà, tout ce que j'entends en disques et cassettes m'influencent pas mal. Je suis bien sur influencé par le noise, le noise coré, le grind, le crust, le punk, le fastcore, le hardcore rapide surtout issue des vieux groupes du début des années 80 et 90. La vieille scène punk japonaise de cette période m’influence pas mal aussi tous comme les vieux trucs allemands, américains, brésiliens. Et puis il y a aussi bien les groupes de maintenant. Quand j'écoute des trucs de grind, de thrash, de hardcore ou punk assez particulier qui me laisse une trace, ça m'influence indirectement. Je jette un œil aussi sur les scènes rap, pop, rock, soupe commerciale, métalleuse, pas DIY. Ca m'énerve tellement ces conneries je canalise cet énervement dans ma musique. (Rires) L’inspiration me vient aussi de mon environnement, des choses qui se passent autour de moi, dans le monde, mais pas énormément vu que je ne m'informe très peu.

H : Quand et comment es-tu tombé dans le noise coré ?

C : Ben comme Obélix. Il y'avait une grosse marmite. J'ai voulu voir ce qu'il y avait dedans et je suis tombé dedans (Rires) Plus sérieusement, vers mes 16-17 ans, mes parents ont enfin voulu acheter un ordinateur pour la maison, avec internet (modem 56k à l’époque, l'ADSL n'existait pas). Vu que c'était de la nouvelle technologie, je passais mon temps dessus. J'ai découvert les mp3. J'ai téléchargé pas mal de grind de punk de death et autres. Je dis pas mal, mais avec 10 à 20 minutes d’attente pour télécharger un seul morceau… Enfin bref, un jour j'ai téléchargé un truc sur le site de Relapse, qui m'a pas mal agressé les oreilles ! Ça s'appelait Merzbow. Je me souviens bien du moment où je l’ai téléchargé car il y avait écrit dessus «  attention aux très hautes fréquence et a l'intensité de ce mp3. Des dommages peuvent être infligés à votre installation hifi si vous mettez le volume trop fort !!! »  Enfin un truc approchant. Apres j'en ai moins téléchargé. Avec ma période deuxième seconde et première S, où je bossais comme un taré, j'ai un peu lâche l'affaire. Plus tard, j'ai déménagé à Lyon. On a enfin eu l'ADSL. J'ai rencontré des gens lors d'un concert de grind à Lyon qui m'ont pas mal aiguillé sur des forums, me permettant de découvrir Seven minute of nausea. J'ai découvert donc le noise coré au même moment où apparaissaient Humane cirrus record et Vulgaire nausea. Je me suis remis à télécharger, sur Emule et Soulée, et puis voilà. Aujourd’hui, je découvre encore la scène noise coré, qui est plus grosse qu'on ne le croit ! Pour résumer, je peux dire que la découverte s’est fait progressivement.

H : Pourrais-tu nous faire une petite présentation du noise coré (au cas où des incultes nous lisent), groupes fondateurs, époque, message…

C : Les interviews c'est pour instruire les incultes non ? (Rires) Blague à part, à chaque fois que l'on me pose cette question, je me heurte à une impasse. Je ne sais pas par où commencer, vu qu’il y a plein de truc à dire, et que parfois je ne suis pas sur d'avoir tout dit. Avec les divergences de chaque protagonistes de la scène, je ne suis pas sur d'être dans le vrai. Bon allez, je me lance malgré tout !

Le noise coré est un bien vieux style apparu dans le milieu des années 80, si ce n'est pas avant mais je n'ai pas trouvé d'autres groupes plus vieux. Les fondateurs sont multiples : Seven minute of nausea, Sore thora, Napalm death pour leur début grind, Fear of god et puis un bon paquet de groupes de hardcore rapides genre Lärm, Rapt et des trucs inclassables à l'époque comme Chemotherapy. Après si on avance dans les années, y’a dans le même style Anal cunt, Meat shit (la vieille période), Deche charge et Agathocles et leur période noise. Plus généralement, y’a aussi tout la vieille scène punknoise japonaise et d’autres formations de cette époque dont les noms m’échappent, vu qu’elles ont sorti une ou deux cassettes, ou ont réalisé un morceau pour des compiles, avant de sombrer dans l'oubli.

Le noise coré est un style avant tout DIY bien qu’ils aient des exceptions. Ils caractérisent des groupes ou projets solo de personnes qui ne savent pas jouer, ou ne joue pas de façon volontaire, dont le son de leurs productions est désastreux ou très cheap, vu que les enregistrements sont fait avec les moyens du bord (ça va du magnéto cassette enregistreur à l’ordinateur). En général, le genre caractérise une surdose de distorsion et de bruits, sans structures musicales ni compositions. C’est de l'improvisation plus ou mois totale, même si il y’a chez certains groupes une recherche pour composer. C'est un style assez violent et rapide, où les morceaux sont pas mal insupportables et stridents. C'est du bruit quoi !

Pour le message, la plupart des groupes ne font que pousser des cris et des hurlements. Donc, aucuns messages clairs. Mais certains d’entre eux sont engagés, avec de vrais paroles, tels que Seven minute of nausea. En général, ces groupes délivrent un même message : opposition à la  musique commerciale, encouragement à ceux qu’ils les écoutent à faire du bruit avec eux, refus d'être produit par des majors et ainsi d’être contrôlés par des interdictions et protections diverses. Touts ces groupes expriment une volonté de faire ce qu'ils veulent sans entraves. Mais il faut noter qu’ils existent aussi des formations noise coré qui débitent que des ramassis de conneries !

 


 

H : Pareil pour le harsh noise si tu le veux bien.

C : Le harsh noise je suis un peu moins dedans. Je sais qu’il existe une scène beaucoup plus grande que celle du noise coré avec beaucoup plus de projets et de groupes. Il existe dans ce genre une partie DIY et une partie commerciale avec des gros labels. C'est un style qui intéresse beaucoup plus de monde et qui s'assimile très bien avec le noise et le dorne, produits aussi par les majors.

Pour les groupes fondateurs, je ne peux pas te dire de noms, à part peut être Merzbow, mais je sais qu’ils sont aussi nombreux que pour le noise coré. Les premières traces de ce style sont plus anciennes par contre. On peut facilement remonter dans les débuts des années 70 bien qu’il n’y avait pas encore de groupes harsh noise à part entière à cette époque. Je dis cela mais je ne suis pas sur. Pour remonter plus loin dans le passé, il y’a une sombre histoire d'une américaine dans les années 30-40 qui avait récupéré une vieille radio foutue dans un champs, qui en s’obstinant à la réparer avait réussi à faire sortir de la machine des bruits bizarres et avait fait quelques petits shows. C'est très possible, mais après ce n’est peut être qu’une légende.

Le harshnoise comme le noise coré est caractérisé pas des bruit stridents fait avec des larsens de guitares, de micro et des feedback loop cables, des ordinateurs, des pédales d'effets et des générateurs de fréquences et de bruits. Comparé au noise coré, ce n'est pas des instruments joués, mais c'est des sonorités crées et recherchées avec.

 


 

H : La question la plus importante, quelle est ta marque de bière préférée ?

C : Tu parles d'une question importante (Rires) Bah, je n’ai pas vraiment de marque de bières préférées. Mais j’aime les bonnes bières, c'est à dire Chimay, Duvel, Kyrie, Hoegaarden, les bières belges et plein d'autres dont les noms m’échappent. Par contre ces temps-ci, j'ai tendance à boire moins.

H : As-tu des bons retours de tes pairs et du public à propos de tes groupes ? Ou tout le monde s’en branle ?

C : Mes paires et mes proches ne sont pas dans le milieu. Donc pas de retour. Ils savent vite fait que je fais des trucs bruyants, mais sans plus. Mes potes sont la plupart des punks. Ils s'intéressent un peu. Mais certains apprécient le grind noise et me supportent bien. Quand au public, ben j'ai plutôt des bon retours mais pas de tout le monde. Quand y’a 20 personnes présentes à mes concerts par exemple, je pense que y'en a surement 5-7 qui kiffent bien. Sinon dans les concerts que j’organisais, les gens venaient plus souvent pour les autres groupes. Mais, par rapport à un groupe de grind ou de punk, en comparaison, je pourrais dire que tout le monde s'en branle. (Rires)

 


 

H : Parle-nous un peu de ton label : NHDIYSTrec

C : C'est un label qui fêtera ses 10 ans dans 5 ans environ (Rires). C'est un label que j'ai crée au début pour sortir mes projets solo. Mais depuis cette année, je sors aussi des autres groupes de noise coré, de grind, de harshnoise, en split ou non. Avant avec le label, je sortais des cdr et des cassettes. J'ai participé à des coproductions de cd presse, de vinyles, de split ep. Mais cette année, je vais arrêter de sortir des releases cdr pour sortir plus de tapes, de vinyles etc. J’ai pas mal de projets en cours comme le 100 bands 7inch vol 1, vol 2 et d'autres 7 pouces etc. …

 

NHDIYST REC

H : Plutôt sida ou cancer ?

C : Avec les milliers de tonnes d’uranium appauvris et ensevelis sous nos pieds, je dis cancer !

H : La question qui tue ! Quel est ton groupe préféré ?

C : C'est la question la plus chiante à laquelle répondre (Rires) Mais, je te dirai malgré tout que je n'ai pas un seul groupe préféré, ni 10, ni 100. Je ne saurais faire de classement dans tous les groupes que je connais. Si je m'achète des tonnes de cassette et de cds de divers groupes, c'est que je les apprécie tous sans distinction. J'arrive à dire ce que j'aime et ce que je n’aime pas, mais pour dire ce que je préfère, c’est une autre histoire ! (Rires)

H : un dernier mot ?

C : Il est 21 heure 45. J'ai hyper faim et je suis vraiment crevé. Pour être honnête, je suis bien content d'être à la fin de cette interview ! Merci beaucoup encore pour ces quelques questions. C’est bien cool de ta part de t'intéresser a mon cas.

Sinon bon courage pour tes groupes, ton label et ton zine. Evite les bêtises, mais voilà quoi continue bien et surement ! Noise coré pour un noise coré pour tous !!!! (Rires)

Ah si j’oubliais le plus important. Pour me contacter : noizemhaker@free.fr . J'ai aussi un site web ou on peut trouver des photos de concert et du bruit à télécharger. Voilà l’adresse : http://nhdiystrec.free.fr . J’ai aussi un myspace. L’adresse est sur le site.

Je fais une émission radio à Lyon tous les jeudis de 23H00 à minuit de noise, grind, punk et de ses dérives. Pour m’écouter à Lyon, réglez vos radios sur 102.2 MHZ. Ailleurs en France, ça se passe en streaming sur http://radio.canut.free.fr. Voilà !

Tag(s) : #Kroniques Musik