Après deux jours de musique et de fête, la deuxième édition du festival Watts à Bar, qui s’est tenu du 18 au 19 mai à Bar-le-Duc, tire déjà sa révérence. Le parc et le château de Marbeaumont ont à peine retrouvé leur quiétude que le temps du bilan est déjà venu.

(Episode 1 disponible ici)

Au second temps du festival, l’orage plane sur la ville. Si Météo France s’inquiète des intempéries, Thierry Guigne est plutôt confiant. Le président de l’association Be-Real, organisatrice du Watts à Bar, promet l’absence de pluie. Le ciel est décidément au cœur de ce deuxième jour de watts sans pourtant éclipser le plaisir de la musique partagée.

Une fois encore, les groupes locaux donnent le coup d’envoi. Tandis que La Casa Bancale mélange les genres pour un répertoire original, Les Minables dribblent de leurs influences java et punk pour le plaisir des barisiens. C’est une parfaite entrée de partie pour le dub enjoué de Ras Daniel Ray et le rock folk acoustique de Tournée Générale, haranguant une foule compacte et festive.

Ras Daniel Ray

Tournée Générale

De gauche à droite : Ray Daniel Ray & Tu Sheng Peng, Tournée Générale

  Eléphant et associés

Le Watts à Bar n’est pas que musique. Profitant de l’événement, des associations s’exposent pour présenter leurs actions. Peri naua soutient ainsi la scolarisation d’enfants namibiens par la vente de produits du pays. Le cirque est également présent avec la compagnie Gones, immiscée dans le public avec un drôle de pachyderme. Pour sûr, cet éléphant ne se trompe pas à apprécier la bonne musique.

Cirque Gones

Le cirque Gones en action 

Retour de mi-temps avec Anthony Joseph & the Spasm Band. Découverte soul et funk du jour, il précède Doctor Flake, excellent artiste trip-hop poétique. Le médecin talonne le dub puissant et instrumental de Kaly Live Dub. Sorti des bancs de touche, Deadly Kunta déferle avec son sonique flow ragga, épuisant un public bientôt possédé par la trance/techno acoustique de Hilight Tribe.

Anthony Joseph and the Spasm Band

Doctor Flake

Kay live dub

Deadly Kunta

De gauche à droite : Anthony Joseph & the Spasm Band, Doctor Flake, Deadly Kunta, Kay Live Dub,

Le festival se termine. Pour les 2000 spectateurs du week-end, le second Watts à Bar est une réussite. La météo indulgente aura fait permis à 18 artistes et groupes de se produire. Rendez-vous est déjà donné pour l’année prochaine. En attentant, 350 campeurs s’apprêtent à fêter la fin du festival sous l’œil bienveillant du château de Marbeaumont.

Al.

Diaporama complet du Watts à Bar :

(cliquez dessus pour voir les photos en plus grand)

Scène Gigawatts nuit-copie-1
Tag(s) : #Kroniques Musik