Voilà une décennie qu’Ilitch, projet solo parisien de Thierry Muller axé autour de collages sonores krauft et expérimentaux, gardait le silence en se contentant de quelques rééditions d’albums. Ce long repos s’avère désormais rompu avec White light, nouveau long play lumineux et abouti.

A travers dix longues compositions introspectives, White light traverse le champ des émotions en variant avec agilité les atmosphères et les instrumentations. Minérale en introduction, sombrant dans un univers industriel arasant et versant dans des ambiances plus légères, Ilitch explore tous les possibles de son registre se faisant fi des codes stylistiques habituels à un album. L’homme-orchestre développe ainsi des emportées jazz cuivrées pour rebondir sur des instruments virtuels cheaps. Les nappes de synthétiseurs bruitistes restent cependant son eldorado. Ces sonorités prennent parfois l’ascendant sur des rythmiques binaires, profitables à des atmosphères plus que minimalistes. Illitch développe alors un univers infini entre légèreté fantasmagorique et emportements cauchemardesques. 

Œuvre inattendue et complexe, Illtich ravira les amateurs du genre et les audacieux qui sauront se perdre en terre sonore inconnue.

Baron Nichts

Label : Bisou Records

 

 
Retour à l'accueil